Fossavatn (Islande) – 50 km Classique – 2 mai 2015

Tempête de neige/vent même en mai

DSC02721 (1024x768) C’est la 1ere année que la Fossavatn fait partie des courses de ski de fond de la Worldloppet (20 au total de par le monde en 2015).L’édition 2015 de la Fossavatn aura été marquée par des conditions météo difficiles : vents et neige obligeant les organisateurs à prendre la bonne décision de faire partir le 50 km (technique classique) sur 2 boucles de 25 km. Lors du deuxième tour il fallait par moment chercher et faire la trace même s’il y avait un concurrent à peine 100m devant ! Site de la Fossavatn au bout du Fjord vu du village avec un départ à 290 mètres d’altitude.

DSC02718 (1024x768)

Site de la course en haut du fjord

DSC02732 (1024x768)  Le Fjord d’Isafjördur depuis le site de départ de la Fossavatn, la veille de la course avant la tempête de neige !   Les traces que l’on a bien eu du mal à suivre le jour de la course, à cause des mauvaises conditions météo, vues du ciel la veille, par beau temps !http://www.youtube.com/watch?v=H1-nT2FXFNM&rel=0Au vu des conditions météo la sécurité n’était pas facile à assurer, mais je n’ai pas senti de vrai moment de solitude vu qu’il y avait pas mal de motoneige qui tournaient aux abords. Ce sentiment n’a pas été partagé par toute l’équipe en fonction des temps de passage. Un membre de l’équipe Worldloppet France  est tombé dans un ravin pentu. Il a fallu de l’aide de plusieurs personnes pour le relever (du fait de la pente, des skis aux pieds et de la poudreuse)  et sans les secours qui sont arrivés à priori assez rapidement cela aurait été difficile. Je considère qu’ils ont été efficaces pour le coup. Le peu de bénévoles aux ravitaillements pouvait aussi donner un sentiment de manque de sécurité.DSC02745 (1024x768)    Au moins avec le vent, le jour de la Fossavatn, les drapeaux ont belle allure.    Le parcours en boucle est relativement montant avec 980 m de dénivelé. Les montées sont longues et progressive sauf une montée plus raide à 6 km de l’arrivée sur 400 mètres. La longue descente finale de 6 km est agréable sans risque. La piste est large pour bien prendre les virages et il n’y a pas un seul arbre comme tout au long du parcours ! ScreenHunter_02 May. 15 17.34

Détail du profil par zone du parcours 2015:

Le premier kilomètre, qui fait une boucle sur le stade de départ, est plat avant d’attaquer 10km de montée continue dont les 3 premiers plus pentus.

Première partie de parcours Fossavatn

La deuxième partie est d’abord plutôt plate avec quelques descentes pour se reprendre quelques forces avant d’attaquer 2 km de bonne montée, en particulier les 400 derniers mètres. Ensuite, on plonge sur le stade d’arrivée avec 6 km rapides mais pas dangereux, avant soit de repartir pour une deuxième boucle soit de conclure.

Deuxième partie de parcours FOSSAVATN

Le fichier (.gpx) du parcours et du profil de la Fossavatn 2015  est disponible en téléchargement. (Garmin 910 XT)

Pour comparer des profils de parcours à partir de fichier gpx

Les ravitaillements sont trop légers avec seulement deux qui proposent du solide : et juste banane et chocolat ; coté boisson de l’eau et des boissons énergétiques mais jamais de thé.

Mon carton jaune: l’indifférence des bénévoles aux ravitaillements pour le respect de la nature. Il n’y avait pas la possibilité de mettre son gobelet usagé dans une poubelle, et même en les donnant directement en main aux bénévoles, ils les laissaient au sol, que dire s’envoler au loin vu la météo du jour 🙁

Arrivée TB FOSSAVATN

Pas facile pour la photographe à l’arrivée de trouver son coureur dans ce brouillard !

Ca y est me voilà au bout 48.5 km effectif et 4h45 de course : 30 minutes de moins que la Transjurassienne 2015, alors que le premier (Ilia Chernousov, russe médaillé  aux JO de Sotchi en relai l’année dernière et 38ème mondial 2015) met le même temps (2h48) que le vainqueur de la Transjurassienne 2015. Une bonne place en milieu de course au scratch sur 339 classés avec un dénivelé de la Fossavatn de presque 1000m pour 800m sur la Transjurassienne classique (56 km).

Chez les femmes c’est la finlandaise, Riitta-Liisa Roponen (21ème mondiale 2015) qui s’impose en 3h 09

DSC02761 (1024x768)    Content d’en avoir fini (pour cette année bien sûr)    Après l’effort …DSC02769 (1024x768)

… et oui, bien sûr, le réconfort avec une « cake party » gratuite impressionnante  tant en terme de qualité que de quantité, ouverte aux coureurs et accompagnateurs, histoire de fêter la 80ème édition  (tout de même) de cette course.

Du jamais vu sur le circuit.

Mon avis est qu’il aurait été bien de mettre un peu plus de moyens à ce niveau sur les ravitaillements en course et un peu moins non pas en qualité (c’est le gourmand qui parle !), mais en quantité sur la cake party (qu’il faut  conserver bien entendu).

La logistique coureurs pour l’acheminement sur le site et pour redescendre en ville est bonne malgré l’accroissement notable (*3) du nombre de participants

La logistique pour les accompagnateurs spectateurs de la Fossavatn est bonne, avec un accès au site gratuit toute la journée et un accueil abrité au chaud avec possibilité de prendre des boissons chaudes en particulier.

Course portuaire ou du bon usage des containers. Afin d’assurer les besoins ponctuels liés à la Fossavatn, les containers servaient tantôt de salle de fartage ou de vestiaires à l’arrivée.

Attention, si vous décidez de vous y inscrire, pensez surtout à bien réserver au plus tôt l’hébergement sur Isafjordur qui est limité au vu de l’ampleur que prend la course depuis cette année avec l’entrée dans le circuit Worldloppet (plus du doublement des inscrits) et la proximité de la Norvège en particulier (déjà plus de 50 inscrits cette année!)

PS: Je suis à votre disposition pour toute précision utile sur ce récit de course afin de vous aider dans l’organisation de votre prochaine Fossavatn, en laissant un commentaire ci-dessous.

Taggé , , , , , .Mettre en favori le Permaliens.

Les commentaires sont fermés.